En présence du Conseiller auprès du Président de la République chargé de la communication: Laagab supervise le lancement des travaux du colloque national des directeurs des chaînes nationales et des radios régionales

Aujourd’hui samedi, le ministre de la Communication, Mohamed Laagab, a supervisé le lancement du colloque national des directeurs des chaînes nationales et des radios régionales de la Radio algérienne.

La réunion s’est déroulée au siège du ministère en présence de Kamal Sidi Said, conseiller auprès du président de la République chargé de la communication, du directeur général de la Radio nationale Mohamed Baghali, du président de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV) Mohamed Loubar, des directeurs des antennes régionales et des cadres du ministère.

Au début de la réunion, Laagab a souligné que cette rencontre réunit le ministère de tutelle avec les directeurs des radios locales afin que la communication soit directe et franche dans les deux sens. Cette réunion intervient après une série de réunions tenues par le ministère avec les directeurs des entreprises médiatiques publiques et privées, qui ont abordé de nombreuses questions liées aux médias nationaux, y compris le programme Ramadan, les médias sportifs, etc. Elle intervient également après la promulgation de nouvelles lois sur les médias qui doivent être mises en œuvre, et les médias publics doivent être le premier à y adhérer.

Cette réunion intervient également à la veille de la célébration de la Journée mondiale de la radio, que l’Algérie célébrera cette année, au niveau de la Radio Tlemcen.
Dans cet ordre d’idées, le ministre a mis en avant le rôle de la radio locale dans l’incarnation des médias de proximité, les mieux imprégnés des réalités citoyennes pour être le porte-voix de la population auprès des autorités de l’Etat, souligne Mohamed Laagab.

Il a poursuivi en disant : « En même temps, il peut faire entendre sa voix à l’État et aux autorités centrales avec l’efficacité et la manière nécessaires et au moment approprié, d’autre part au citoyen, et parce que le droit aux médias est incarné par la radio locale dans sa réalité théorique et pratique.

Le Ministre de la Communication a profité de cette rencontre, qu’il a jugée fructueuse et utile, pour adresser un certain nombre d’instructions et de directives aux responsables des radios, dont les plus marquantes portent sur le souci du citoyen avant tout et sur la diversification des contenus et méthodes de transmission de l’information, ainsi que la langue de sa diffusion (actualités, reportages, portraits, enquêtes, séminaires, Interviews et autres), en prêtant attention à la région dans tous les domaines et en mettant en valeur les personnages les plus importantes, les stations historiques, l’évolution du développement, les problèmes sociaux…, mettant en valeur les efforts de l’État dans tous les domaines, et parmi les tâches des médias est de les transmettre au citoyen, en tenant compte des interactions sociales et culturelles avec les pays voisins en ce qui concerne les radiodiffuseurs d’État frontaliers concernant la question de la radiodiffusion: ingérence dans les ondes FM, coordination avec l’État dans toutes les activités officielles et officieuses, consultation de la radio centrale, nécessité de respecter les lois et d’adhérer à l’éthique et à la morale professionnelles, pour que les médias publics soient un modèle, œuvrer à transformer la radio locale en un centre de rayonnement culturel, civilisationnel et social en accueillant des spécialistes, chacun dans son domaine.

De son côté, le conseiller auprès du président de la République chargé de la communication, Kamal Sidi Said, a confirmé que le développement et la modernisation des radios locales constituent l’une des priorités du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, et qu’elle joue aujourd’hui un rôle important pour donner la parole au citoyen, notant l’importance des nouvelles lois sur les médias actuellement en vigueur, qui sont venues renforcer les médias dans ses diverses formes et leur rôle pour donner à l’Algérie le pouvoir médiatique qu’elle mérite.

Sidi Said a également souligné que les médias audiovisuels et les médias publics constituent la locomotive, soulignant la nécessité de les renforcer et d’adhérer pleinement à l’éthique et à la morale du travail médiatique.

Dans le même contexte, le directeur général de la Radio nationale a expliqué que cette rencontre régionale est devenue aujourd’hui une bonne tradition, et n’est qu’une preuve du soin et de l’attention que l’État algérien accorde à la radio nationale, indiquant l’extension du réseau de diffusion de certaines radios locales à 24 heures/24 heures, à l’instar de Radio Bouira, à partir du 13 février prochain.

Baghali a également souligné le statut des stations des radios locales en fonction de la nature et de la spécificité de chaque région du pays, saluant les efforts des responsables des stations de radio dans l’élaboration de programmes et de contenus radiophoniques pour chaque station.

Les travaux de ce colloque national se sont poursuivis en ouvrant un large débat devant les responsables des radios, qui ont hautement apprécié le contenu de cette rencontre, soulignant leurs préoccupations et  suggestions pour développer et diversifier leurs programmes et services radiophoniques et les élever à la hauteur des aspirations des auditeurs.

A l’issue de la réunion, le ministre de la Communication a ordonné que des rapports détaillés soient soumis pour déterminer les besoins et les nécessités de chaque radio locale, afin que toutes les lacunes connues des radios régionales puissent être étudiées et corrigées.

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page